sur les pas d’Albert Camus

Albert Camus rentrait sur Paris avec le couple Galimard ,il  perdait la vie dans un accident de la route dans l’Yonne, le 4 janvier 1960 ,à l’âge de 47 ans. à 3km de notre maison d’hôtes , et a 500m du restaurant l’escale 87, au petit  Villeblevin sur RN 5 autrefois ,aujourd’hui RN 6 ou D606 , C’est à Lourmarin dans le Luberon ,que le romancier, philosophe et intellectuel est enterré. Il s’était installé dans cette commune ,avec sa femme et ses deux enfants, deux ans plus tôt. Il y a acheté une maison, grâce à l’argent de son prix Nobel de Littérature. Soixante ans plus tard, Camus est l’un des auteurs français les plus lus au monde et aujourd’hui encore, sa tombe est l’un des endroits les plus visités du Luberon .

Cette tombe est d’ailleurs le point de départ d’une visite guidée, sur les traces de Camus, organisée depuis deux ans à Lourmarin. Rien ne laisse deviner que l’un des plus grands auteurs français du XXe siècle est enterré là. Discrète, la tombe est parfaitement entretenue, sobre et très végétale. Au printemps, un laurier-rose y fleurit, aux côtés d’iris et d’un olivier.

Très souvent, il m’arrive de voir des visiteurs verser une petite larme sur la tombe de Camus – Cathy Mifsud, guide

Camus découvre Lourmarin dans sa jeunesse. Il y revient par nostalgie, mais pas pour le Luberon, comme l’explique Cathy Mifsud, guide conférencière. « Camus a choisi Lourmarin parce qu’il y a le Luberon, derrière il y a la mer et ensuite, il y a son Algérie natale », raconte-t-elle. Après le cimetière, la visite se poursuit par un aperçu lointain de la maison de l’auteur et par un passage devant le café Ollier, où il avait ses habitudes. La visite a lieu sur demande et sur réservation, n’hésitez pas pour cela à contacter l’office de tourisme de Lourmari, notre parc  porte le nom d’Albert Camus ,l’histoire de cette route blanche, Paris Genève , la fameuse route blanche RN 5 ,est DE 116 KM Paris Sens , passant par Charenton ,Melun , Moret sur Loing ,Montereau , Pont sur Yonne ,Sens ,Tonnerre Chatillon sur Seine, Dijon, Dole , Genève, débaptisée pour s’inscrire sur RN6   dans les années 1990

article de la presse Albert Camus a 46 ans quand il décède suite à un terrible accident sur la Nationale 6 en direction de Paris le 4 janvier 1960 en début d’après-midi. Le célèbre écrivain, auteur entre autres de L’Etranger ou La Peste, Prix Nobel de littérature en 1957, rentrait du Vaucluse où il avait acquis une maison quelques années auparavant. Assis sur le siège passager de la Facel Vega conduite par son ami Michel Gallimard, mort  2 jours plus tard , suite de ses blessures ,Albert Camus ne portait pas de ceinture de sécurité, non obligatoire à l’époque. Pour une raison inconnue (vitesse excessive, explosion d’un pneu ?), la Facel Vega, puissante berline de 355 chevaux, quitte la route en ligne droite à hauteur du village de Villeblevin, heurte un premier arbre et rebondit sur un platane. Le choc est terrible et fatal pour les deux hommes.

Avec celui de Valéry (« Tu penches, grand platane… »), c’est le platane le plus célèbre de la littérature française. Planté sur la nationale 5, au lieu-dit Villeblevin, un peu au sud de Fontainebleau, il a coûté la vie à Albert Camus, le 4 janvier 1960, lorsque la Facel Vega, dans laquelle il avait pris place, vint s’y écraser avec une violence inouïe. Il était 13 h 55. C’était il y a cinquante ans tout juste. L’auteur de L’étranger avait 46 ans

 

 

2021-01-12T15:20:00+01:007 janvier 2021|Evènements, Non classé, tourisme et culture art de vivre|