les villages de la Bassée

                                                            Les villages de la Bassée
 •Patrimoine architectural
  La plupart des bourgs qui jalonnent  le périmètre  de l’étude ont  peu ou pas subi de vague d’urbanisation secondaire. Ils présentent de fait un patrimoine bâti relativement ancien et intéressant. Quelques fermes (à Balloy et à Grisy), en meulière calcaire qui datent du XVIIe  au XIXe siècle, sont  en remarquable  état de conservation  et des bijoux de la grande époque agricole  de la Bassée.
  Plusieurs églises sont également inscrites monuments historiques: Mouy, Jaulnes, Grisy, Noyen, La Motte-Tilly, au même titre que Bray et Nogent.
•Une timide relation avec la Seine
  Les villages qui bordent le fleuve n’ont développé que de faibles rapports avec  la Seine.  Ils ne se sont, pour  la plupart, pas développés à proximité immédiate du fleuve.
  L’urbanisation s’est généralement faite en retrait de l’eau afin  de prévenir des risques liés aux crues. C’est le cas de villages comme Villiers ou Noyen. Ceux qui  se sont développés plus proche de l’eau n’ont, pour autant, pas développé de réels liens avec  la voie  d’eau.
Les espaces  en lien direct avec les  berges sont  le plus souvent laissés en friches ou exploités  en peupleraies. Dans certains  cas, ce sont ces emplacements qui ont été  choisis pour  l’implantation de terrains  de sports  ou aires  de jeux, dont  l’inondation occasionnelle  ne présente pas  de gêne  ni d’enjeux financiers importants (comme à  Mouy ou Grisy).
Souvent, l’accès à l’eau se limite à des parcelles privées et peu d’espaces publics sont créés à des fins récréatives.
Le cas est marquant notamment à Jaulnes où, en dehors du barrage-écluse qui a récemment été rénové et qui a volontairement été ouvert à la découverte par public, aucune relation  n’existe avec la Seine pourtant omniprésente. Il en va de même pour la ville de Beaulieu qui, bordée par le canal  et la Petite   Seine n’a, en dépit d’un cadre remarquable développé aucune relation particulière avec l’eau.
La plupart des bourgs qui se sont construits à proximité de la Seine possèdent un chemin de halage en plus ou moins bon état, ce qui constitue une première piste pour tenter de recréer une connexion entre les bourgs et le fleuve d’une part et entre eux d’autre part.

2021-06-09T14:22:15+02:006 juin 2021|Art de vivre, Patrimoine, tourisme et culture art de vivre|