Les Bouchard de Montmorency de Bray sur Seine

Bray sur seine et L’église Notre-Dame et Sainte-Croix : L’église de style roman, fut construite en l’an 958 sous le règne de Bouchard 1er de Montmorency, premier baron de Bray. Incendiée par Boson en 978, elle fut consacrée, après sa reconstruction et son agrandissement, le 31 août 1169 par Guillaume de Champagne, archevêque de Sens. En 1174, Henri 1er, baron de Bray et comte de Brie et Champagne, y fonde un chapitre et l’église devint collégiale Notre-Dame. Incendiée par les Huguenots en 1567, elle fut « réparée » par les soins de Jacques 1er de Savoie, baron de Bray. Si le chevet et la nef sont romans, le reste est de tous les styles. Cet édifice perdit le titre de collégiale avec le départ des chanoines et redevint église Sainte-Croix au XVIIIe siècle. La maison de Montmorency est une famille de la noblesse française. Entrée en possession à la fin du xe siècle de la ville de Montmorency, dans l’actuel département du Val-d’Oise en Île-de-France, elle en a pris le nom. Dès ce siècle elle est apparentée aux grands lignages féodaux et par eux aux Carolingiens et aux premiers rois Capétiens. La maison de Montmorency a donné à la France six connétables, douze maréchaux, quatre amiraux de France, un cardinal de l’Église catholique, un vice-roi de Nouvelle-France, des pairs de France, des gouverneurs et d’autres personnalités du xie au xixe siècle. Albéric de Montmorency, connétable de France vers 1060, est le premier des Montmorency à exercer cette charge qui était la plus haute dans le domaine militaire. Elle s’est éteinte en 1878 en ligne masculine et en 1922 en ligne féminine.

Donjon du vieux château de Montmorency en 1708

Histoire généalogique de la maison de Montmorency et de Laval par André Du Chesne (1624)

 

Anne de Montmorency, 1er duc de Montmorency

 

Henri de Montmorency, 2e duc de Montmorency

 

Henri de Montmorency, 3e duc de Montmorency

François-Henri de Montmorency-Bouteville, duc de Piney-Luxembourg (1628-1695), dit le maréchal de Luxembourg

Les Montmorency sont connus dès le xe siècle. Il s’agit alors d’une famille châtelaine d’Île-de-France. On les rencontre d’abord à Bray-sur-Seine puis à Montlhéry (au sud proche de Paris en allant vers Orléans), puis ils déménagent au nord de Paris, tout d’abord sur l’Isle-Saint-Denis, ensuite à l’ouest de Saint-Denis. À partir de ce moment, ils résident constamment au nord de Paris. Leur puissance tirée de leur localisation géographique, dont celle de la maîtrise des routes menant à Paris dut être patiemment combattue par des rois de France soucieux d’étendre le domaine royal.

En 997, le château de Montmorency, situé sur une butte, fut confié par le roi de France Robert II à Bouchard le Barbu, seigneur installé à l’origine sur l’île-Saint-Denis, et qui tirait des revenus des droits de péage qu’il faisait acquitter aux bateliers naviguant sur la Seine… et de ses incursions prédatrices sur les terres de l’abbaye de Saint-Denis.

La légende rapporte que son premier ancêtre, compagnon de Clovis, fut le premier guerrier franc à se faire baptiser par saint Remi. En référence à cette légende, la maison de Montmorency adopta la devise « Dieu aide au premier baron chrétien » et revendiqua le titre de « premier baron chrétien » ou « premier baron de France » (c’est-à-dire d’Île-de-France). Ce titre, jamais reconnu par le pouvoir royal, mais toléré, symbolisait les valeurs et l’ambition des Montmorency.

De nombreux membres de cette maison, divisée en plusieurs branches, jouèrent un grand rôle dans l’histoire de France.

2021-01-21T11:20:20+01:0018 janvier 2021|Patrimoine, tourisme et culture art de vivre|