la Confrerie du Cep d’Henry IV

 

La Confrérie du Cep Henri IV

GivryLa Confrérie des Compagnons du Brie de Meaux et la Confrérie du cep Henri IV de Givry  étaient destinées à se rencontrer, car Meaux et Givry en Bourgogne ont un point commun… Henri IV.

Henri IV venait à Meaux voir sa maîtresse Gabrielle d’Estrée.

A Germolles, village distant de 3km de Givry, résidait un fonctionnaire qui portait le noble titre de ‘Sommelier du Gobelet du Roi’. Approvisionnant les caves royales, il n’eut garde d’oublier le vin de Givry, et c’est ainsi que Henri IV connut et apprécia ce digne breuvage.

Courtépée, historien de la Bourgogne, recueillit en 1776 la tradition que le vert Galant ‘l’aima si fort et le but si bien qu’il l’exempta des droits d’entrée à Paris’, droits que l’on dû rétablir rapidement, car il  entrait plus de Givry à Paris que le terroir n’en pouvait fournir.

 

Le 20 juin 1992, les deux confréries montent vers la salle des mariages où les attend Jean Lion, maire de Meaux, qui va procéder au mariage :

‘L’an mil neuf cent quatre vingt douze à 16h30 ont comparu devant nous, les confrères des Chapitres du Brie de Meaux et du Cep Henri IV de Givry :

La Confrérie du Brie de Meaux domiciliée en l’hôtel Marquelet de la Noue en sa bonne ville, capitale du vénérable fromage

La Confrérie du Cep Henri IV résidant à Givry en Bourgogne, haut-lieu de noble cépage.

Les deux assemblées ont déclaré vouloir s’associer symboliquement pour le meilleur, afin de porter fièrement et loin, la réputation de leurs produits tous deux vénérables, et plusieurs fois centenaires…

Je déclare donc unis le Givry : vigoureux, joyeux, capiteux et le Brie de Meaux onctueux, crémeux, savoureux.

Fait et proclamé par nous, Jean LION,  Maire de Meaux, en l’hôtel de Ville le samedi 20 juin, jour du solstice d’été.

Les témoins étaient des membres de la Guilde des Fromagers et le public venu assister à ces noces…. Folkloriques !

Chaque année le 3ème samedi de janvier, la confrérie du Brie de Meaux participe à la St Vincent de Givry et au chapitre du Cep Henri IV.

L’ouverture du Chapitre des Chevaliers du Cep Henri IV commence par la sonnerie de trompe de chasse :

Mesdames, Messieurs,

Voici les dignitaires de la Confrérie du Cep Henri IV

Ils viennent du château de Germolles acquis en 1381 par Margueritte de Flandres, la noble épouse de notre Duc Philippe le Hardy.

C’est là qu’en 1390 il accueille le roi Charles 6 qui put ainsi apprécier, avec l’hospitalité Bourguignonne, une roseraie unique en France.

En même temps que le vin d’un vignoble réputé, car le Duc y avait fait encaver 45 queues du vin de Givry que le Roi et sa suite purent apprécier à loisir.

  • Précédé du Maitre des cérémonie, voici le Président des vignerons…. Le sceptre à la main, un vieux cep du terroir.
  • Voici le Grand Chancelier, Prémicier de l’Ordre portant le texte de l’intronisation.
  • Puis vient l’Echanson, portant Teste-vin en collier et Coupe Bourguignonne d’argent sur plateau de mesme.
  • Puis vient le Chevalier aux rubans portant plateau des sautoirs aux couleurs de Givry.
  • Puis Dame Gabrielle d’Estrées, favorite du bon Henry, portant le livre d’Or, suivie de son escorte de Hauts Ecuyers portants hallebardes.
  • Puis vient le Chevalier de la Paulée portant le bouquet de la fin des vendanges.
  • Enfin, le Père Ducep, Vieux Vigneron de Givry, portant la hotte aux ceps enrubannés, accompagné de sa Fanchette de Russilly et du Vigneron caviste sommelier portant chaîne à mousqueton avec taste-vin, gardiens de la statue de Saint Vincent pour 20.. et verseurs de la Cuvée du Cep Henry IV.
  • Caractères des vins.

    L’appellation Givry est surtout un vin rouge issu du Pinot Noir. Il offre au regard une robe brillante, carmin ou pourpre, agrémentée de reflets violacés. Son bouquet évoque en général la violette, la fraise, la mûre, avec des variations réglissées, des accents giboyeux, d’épices (clou de girofle). De constitution assez tannique dans sa première jeunesse, le vin d’appellation Givry s’assouplit et il devient rond après 3 à 5 ans de bouteille. La structure est ferme.
    En blanc (Chardonnay), un vin or clair, limpide et vif, miellé ou citronné, avec des nuances de tilleul et de lys puis de fruits secs, souvent grillés, après quelques années. Sa bouche est fine, partagée entre le moelleux et l’acidité qui assurent à l’appellation Givry une belle garde et une bonne longueur en bouche.

    Conseil du sommelier

    Rouge : la structure ferme de l’appellation Givry cache un registre aromatique délicat, d’où les accords évidents avec les pâtés, tourtes et terrines, le jambon cru et les charcuteries fines. Néanmoins, sa distinction et sa charpente solide font des heureux chez les amateurs de viande : les pièces fibreuses, les steaks de bœuf, mais aussi le veau braisé et la volaille en civet, la poule au pot et la poularde de Bresse rôtie apprécient ses tanins denses. L’appellation Givry apprécie également les fromages à pâte douce : camembert, brie de Meaux, reblochon.
    Température de service : autour de 15 °C.
    Blanc : les poissons en sauce légère, le brochet au beurre blanc et les viandes blanches mettent en valeur l’appellation Givry. Fromages à pâte pressée : saint-nectaire, cantal.
    Température de service : 11 à 13 °C.

    Situation

    Le vin bourguignon préféré d’Henri IV est l’un des crus de la Côte Chalonnaise.
    Produit sur les communes de Givry et ses hameaux de Poncey, Cortiambles et Russilly, de Dracy-le-Fort et de Jambles. Un petit paradis pour la vigne reconnu sous son appellation depuis 1946, autour du bourg fortifié depuis le Moyen-Âge.
    Comme l’écrit Philippe Sollers dans sa biographie, « naître dans le vin français est toute une histoire ; une expérience de fond qui fortifie, intériorise et dégrise.
    Enfant, on n’a même pas à lire Rabelais, il se vit et se parle autour de vous… ».

2020-09-01T06:54:34+02:0029 août 2020|Evènements, ou sortir, Patrimoine, vins de Bourgogne|