FONTAINEBLEAU, forêt périurbaine et réserve de biosphère,

Notre maison d’hôtes suggère à nos visiteurs de se rendre  dans la forêt de Fontainebleau, sa notoriété est fondée sur la grande diversité de sa flore,  de sa faune, de son patrimoine géologique et de ses paysages. C’est un élément majeur du patrimoine forestier européen : elle est classée en réserve de Biosphère par l’Unesco depuis 1998.

La forêt se trouve à 60 km de Paris -10 millions d’habitants – et reçoit plus de 15 millions de visiteurs par an. Elle est l’archétype de la forêt périurbaine de plaine en Europe.

Les deux auteurs retracent l’histoire de cette forêt domaniale (ONF) à forte charge symbolique. Ils décrivent les polémiques qui placèrent périodiquement ce massif forestier au c_ur de virulents débats de société portant sur la finalité de sa gestion : doit-elle être d’abord productive, utilitaire ou principalement patrimoniale et durable ?

Le débat  » Utilité ou Beauté ? » de la forêt initié dès les années 1800 par l’intervention des artistes peintres – école de Barbizon – et romantiques, a rebondi à l’époque contemporaine pour aboutir à une démarche de protection du massif forestier – 30 000ha – selon la loi forestière française.

Malgré ce nouveau statut un défi demeure : quel peut être l’équilibre entre la préservation d’un patrimoine naturel et culturel reconnu mondialement, son intense fréquentation touristique, et sa contribution au développement durable de la planète ?

Tirant les leçons de l’histoire singulière de la forêt de Fontainebleau et devant le constat d’une inéluctable  » pression humaine « , les auteurs estiment que l’avenir dépend de l’importance accordée à une approche esthétique et culturelle et proposent de relier Fontainebleau à des expériences similaires en cours en France, au Canada et au Brésil. Ils remarquent les attentes écologiques de plus en plus affirmées du public et préconisent un rapport créatif entre les hommes et la forêt : par l’accueil repensé des visiteurs et leur sensibilisation au respect de la biosphère, par l’accès préservé du massif comme source d’émotions esthétiques, source de biodiversité naturelle, source de ce qui permet d’expérimenter la décisive question de la relation de l’homme avec la nature et dans la nature … pour qu’un ré-enchantement du monde soit possible.